Playing Game Of Thrones...

Mis à jour : 26 mars 2019

The Irish call #4


L'Irlande, c'est un appel du plus profond de moi comme surgi du passé. Une attirance inexpliquée... Un souvenir ? Des images se bousculent dans ma mémoire ; peut-être mon imagination... Que sais-je en réalité de cette île ? Si ce n'est qu'elle me connaît déjà et qu'à mon tour, je dois la découvrir... 


C'est en mode road trip que j'ai voulu découvrir  l'Irlande... Et puis, il fallait que ma fille puisse m'y rejoindre. On se l'était promis quand elle était encore petite - comme un pacte tacite. Ça tombait bien, fin octobre début novembre 2018 je voulais "prendre l'air", Manu était en vacances, ce n'était plus la haute saison en Irlande et ce n'était pas encore l'hiver : les choses sont bien faites. 21 jours : un séjour forcément trop court mais déjà, je savais que je ne m'en contenterai pas. Il y a des choses comme ça dont on ne se lassera jamais, on le sait d'avance.


Walking on GOT path, Winterfell, Irlande.

Mise en bouche à Swords.


Arrivé par l'aéroport de Dublin, c'est à Swords à 10 kilomètres du centre de la capitale, que l'on fait escale pour la nuit. Il ne faut pas hésiter à sortir des sentiers battus ; les villes au pourtour des capitales  présentent certains avantages. C'est le cas de Swords. Le Forty Four Main Street est un hôtel 2 étoiles au très bon rapport qualité/prix mais c'est surtout son pub-restaurant typiquement irlandais qui m'a séduite, avec ses tonneaux de whisky,  ses banquettes tapissées d'époque, sa soupe de légumes du jour, sa pièce de bœuf sur pierre et sa Guinness en pression. Puis ça sentait déjà Halloween quand on est arrivé. 


En Irlande, il vaut mieux commander une pinte pour rendre hommage à la bière locale de référence. C'est ce que nous avons fait dès le premier diner  ;).   Il faut dire que ça ne nous change pas trop de nos  obus de Hinano, soit 50 cl de houblon et d'orge pour se désaltérer. D'ailleurs, la seule fois où j'ai osé commander une demi (25cl) - je voulais me ménager - la barmaid avait habilement rempli le verre à raz bord... à raz bord vraiment ! Autant vous dire que ça n'a pas été facile de porter le verre à mes lèvres sans en verser une goutte. Voilà, ça c'était fait... j'ai bien retenu la leçon. A ce titre, je vais peut-être décevoir les adeptes des bucket-list touristiques  mais non, je n'ai pas visité  la Guiness storehouse. Une autre fois peut-être... 



De la bière au irish breakfast


Emmanuelle récupérée au petit matin, on opte évidemment pour un breakfast typique Irlandais, qui fait grimacer les végétariens mais qui fait le bonheur des adeptes de protéines carnées pour commencer la journée. Il est composé d’œufs sur le plat, de boudin blanc et noir (Black et White Pudding), de saucisses irlandaises, de bacon, d'une demi tomate cuite, de champignons poêlés, et parfois de haricots blancs en sauce , ce qui ne manque pas de me rappeler nos pique-niques tahitiens au "Pua'a toro punu et beans". Un régal,  le petit goût de nostalgie en plus. Mais en Irlande, il est toujours possible de se contenter d'un bon porridge anglais, ou d'un muesli croquant maison... ça j'aime aussi. 


Repus pour plusieurs heures, on quitte Swords, direction le Comté de Dawn sur les pas de Daenerys Targaryen, alias la Khaleesi. Les adeptes savent de quoi je parle. Je sais qu'en programmant ce circuit, je ferai plaisir à ma fille et je découvrirai enfin - depuis le temps qu'elle m'en parle - quelques-un des paysages fabuleux d'une de ses séries phare : Game of Thrones. Je ne ferai pas un énième article sur les sites de GOT à visiter absolument, il y en a foison sur le net. Je ne parlerais ici que de notre propre expérience : simple,  mais indiscutablement magique.  


Acting Games of Thrones with my daughter , Winterfell Castel.

Sur le chemin de Game of Thrones


Direction Castle Ward, autrement dit le Château de Winterfell, dans le Comté de Down, à Downpatrick. Pour cela nous faisons l'impasse sur la forêt hantée (Tollymore Forrest). On opte pour le WESTEROS CYCLE TRAIL. Outre l'avantage de prendre l'air frais et de nous mettre en jambe pour les randonnées qui nous attendent, ce tour thématique à vélo nous immerge en 20 étapes au cœur de 20 scènes marquantes de la série. Une halte au Walter Frey's Twin et Emmanuelle et moi nous prenons pour les héroïnes en nous adonnant à un duel de cape et d'épée... Le costume est fourni. De là, on surplombe le lac Strangford et l'on prend la mesure du courant réputé puissant ici. Le temps est nuageux, mais il me permet de mieux me  projeter dans le passé. J'ai l'impression de connaître ces lieux, d'être simplement de retour.


A quelques kilomètres de là se dressent les ruines de Inch Abbey. Si je ne fais pas erreur c'est là que les Stark rencontrent les Frey ou que Robb Starck est nommé King of the North dans la saison 1 de GOT. Le site n'est pas très vaste de prime abord, mais en fait, la dimension architecturale de la bâtisse gothique enrichit indiscutablement chaque prise de vue. Au delà de GOT, on imagine aisément une séance photos d'une mariée esseulée menacée par un ciel de plomb ou encore des danseurs évoluant au cœur des vestiges de ce monastère qui a près de 1000 ans. Inspirant...



La "voie royale" irlandaise...


Le lendemain, c'est vers la Chaussée Des Géants que nous faisons route. Bien que d'autres sites de GOT jalonnent la côte ( Whitehead, Cushendun, Torr head...), nous coupons par l'intérieur pour avoir le plaisir de traverser Dark Hedges, dans le Comté d'Antrim, ville de Ballymoney. C'est sous la pluie que nous découvrons la célèbre allée aux arbres tortueux. Après l'avoir parcourue en voiture , nous nous garons à son extrémité nord, puis nous entamons, à rebours, comme une marche initiatique, doucement, à l'ombre de ces sentinelles géantes sur la Route Royale. Nos pas évitent les flaques d'eau qui jouent les miroirs de ces grands hêtres tantôt menaçants, tantôt embrassant, plantés en réalité début XVIIIe s. On a le sentiment qu'aucune photo n'est capable de retranscrire la beauté de ces arbres majestueux. On s'obstine quand même à immortaliser le moment, à vouloir emprisonner... l'insaisissable . Alors on finit par se résigner, par se contenter d'observer, de sentir le froid et la pluie fine sur nos visages, et on respire... C'est simple, c'est bon et ce n'est que le début du voyage...