Sardaigne intense !

Dernière mise à jour : 21 janv. 2019


PARTIE 1 -

La Sardaigne. Voilà une île qui a ravi mon coeur. Peut-être dû à mes origines italiennes, par mon père. Peut-être parce qu'elle est une île, comme Tahiti. Peut-être simplement parce que la Sardaigne EST la Sardaigne. Ah ! la Sardaigne... Après ma découverte de Florence en 2013, je savais bien qu'à son tour la Sardaigne - plus sauvage, plus rurale, située entre mer et montagne - confirmerait la promesse d'une expérience inoubliable et authentique.


J'aurais pu faire le choix de longer les plus de 1800 kilomètres de côte de la deuxième plus grande île méditerranéenne et vous inonder de classiques clichés "carte postale", c'est vrai. Ses plages sont nombreuses, variées et si paradisiaques ! Mais laissez-moi plutôt vous parler d'une Sardaigne riche de ses civilisations croisées depuis le paléolithique et de ses mystérieux vestiges du Nuragique (âge de Bronze) ; déambuler entre les murales de la commune d'Orgosolo la Révoltée où l'Art est dans la rue ; simplement respirer le grand air d'une région italienne profondément ancrée, qui a du goût, qui "sent le vrai". Je vous la raconte en deux parties.

>>> PARTIE 1

>>> PARTIE 2

>>> VOIR toute la galerie photos

Sur les routes Sardes.

Arrivés par ferry à Porto Torres depuis l'Espagne, nous avons embarqué la voiture pour être plus autonomes, parce qu'ici le service de transports en commun peut varier et rendre toute planification incertaine si l'on veut explorer chaque recoin de la Sardaigne. Bien entendu, la location sur place est toujours possible dans les villes desservies par 3 aéroports internationaux : Olbia, Alghero et Cagliari.

Que ceux qui aiment la moto n'hésitent pas ! Les routes ( bien que très sinueuses par endroit) et le climat, plutôt doux même en automne, se prêtent magnifiquement bien à la pratique du deux-roues. Ce faisant, vous embrassez toute la beauté sauvage des paysages sardes. Ne craignez pas ce sentiment de solitude qui vous saisit si vous vous arrêtez au coeur de l'île : il n'y a que vous, et la Nature. C'est à dire le Luxe Absolu !

S'il fallait n'en choisir qu'une, c'est la route SS 125 qu'il faut parcourir du Nord vers le Sud pour profiter de la palette des décors sardes. Hélas, des éboulements durant notre séjour nous ont empêchés de la pratiquer entièrement. Une excellente raison d'y retourner ;-) !

Massifs, plaines, grottes, maquis, criques et plages ébauchaient notre route, enrichissaient notre périple. D'Alghero vers Orosei, nous pouvions faire des haltes pour une cueillette improvisée de figues de Barbarie. On trouve son cactus originaire du Mexique partout en Sardaigne. Quelle plaisir de profiter gracieusement de la fraicheur de ce fruit santé à la couleur vitaminée, piquant à l'extérieur, charnu à l'intérieur !

Festival de saveurs pour amateurs de bonne chère.

Voyager, c'est aussi élargir sa culture gastronomique. Ce n'est pas un secret : la cuisine est un élément constitutif fort de l'identité italienne et, bien que la Pasta (les pâtes) demeure l'aliment star des assiettes de nos amis européens, ce sont désormais les produits de la mer qui séduisent aujourd'hui en Sardaigne ; un autre point commun avec nos îles polynésiennes !

C'est donc à Alghero - première étape de notre séjour - dans un restaurant discret du front de mer, hors les remparts très fréquentés de la vieille ville (à faire absolument) , que nous avons gouté notre premier plat de poisson à chair blanche. Comme fortement recommandé par notre sympathique et enjoué serveur, nous avons dégusté, cuite au four, une orata (daurade) pêchée du jour. Introduite au préalable sur son lit de glace, elle nous est revenue juste cuite, cernée de dés de pommes de terre et de tomates cerise à l'huile d'olive. Simplement délicieux ! Bien sûr, la prestation de notre hôte au moment de lever les filets du poisson sous nos yeux amusés et ravis, a rajouté au plaisir des papilles. Et tant pis pour le homard qui nous faisait de l'oeil, non loin, dans l'aquarium.

Plus ancienne, la cuisine de l'intérieur des terres sardes est on ne peut plus vivace : viande, charcuterie et fromage - de chèvre notamment - sont proposés à toutes les cartes. En Sardaigne, pratiquer le slowfood est aisé tant la consommation des produits du terroir est partie intégrante des habitudes alimentaires de l'île. C'est dans cet esprit que nous avons opté pour l'agriturismo et séjourné sur la côté ouest sarde, face la mer Tyrrhénienne . Un vrai bol d'air !

L'Agriturismo : un modèle économique qui a du goût.

L'Agriturismo est un concept touristique italien de plus en plus prisé, qui se transposerait bien en Polynésie. L'Agriturismo permet au voyageur de vivre au coeur de l'activité quotidienne d'une ferm